Le Garlaban

Ça y est, nous avons emménagé dans le Sud de la France. Cela n’aura pas été une mince affaire et nous sommes loin d’avoir pris totalement possession des lieux mais ayant mis nos noms sur la boîte aux lettres de la maison, je crois qu’il est grand temps de dire que nous y sommes !

Ces trois derniers mois auront été très remplis. Nous avions clairement sous-estimé le travail à fournir pour déménager mais c’est sans doute mieux comme ça. On peut faire le parallèle avec une course d’endurance. Il est parfois salutaire de ne pas savoir en détail tous les obstacles du chemin avant de se lancer. En connaître les grandes lignes, c’est déjà pas mal. Cela préserve le mental et évite les moments de découragement 🙂

Le but de cet article n’est pas de vous parler de notre emménagement. Il me fallait un bon sujet outdoor pour faire mon retour sur le blog après trois mois d’absence et quoi de mieux qu’une petite randonnée en famille pour célébrer cela ?

Le premier weekend de Mars, après plus d’une semaine passée dans les cartons, la peinture, le montage de lits, nous nous sommes finalement offerts la récompense tant attendue : une randonnée en famille à l’assaut du Garlaban. C’était pour nous assez emblématique de commencer par ce sommet car il est l’un des symboles de la région, et pour tout vous avouer quand nous avons su que nous allions emménager à Aubagne, nous avons regardé les films tirés des livres de Marcel Pagnol (« La gloire de mon père » et « Le château de ma mère ») dans lequel le premier opus débute avec une longue séquence filmée en hélicoptère (à l’époque, il n’y avait pas de drones) du Garlaban.

Notre maison se situe aux pieds de ce mythique sommet. Nous l’apercevons du haut de notre jardin et nous pouvons très bien commencer cette randonnée de la maison. Nous avons tout de même pris la voiture pour nous rapprocher du début du chemin pédestre car nous n’avions pas encore vraiment notion des distances. Nous avions pensé à un équilibre des poids super équitable entre C. et moi : pour lui le petit bundle en porte bébé (soit 12kg) et pour moi, le petit passager dans mon ventre et mes 6,5 mois de grossesse.

Le petit bundle nous a bien épatés en commençant la grimpette sans aide de notre part. Depuis qu’elle est arrivée ici, on remarque qu’elle a fait beaucoup de progrès en motricité. Elle a toujours aimé monter et descendre toutes les marches que nous croisions à Paris mais c’est quand même autre chose de la voir s’attaquer à un sentier pédestre. Elle a aussi développé une passion pour les cailloux (que nous avons encore un peu de mal à nous expliquer). Ses poches en sont remplies 🙂

Dès que la voie carrossable s’est transformée en petit sentier plus raide, le petit bundle est montée dans le porte bébé et nous avons un peu accéléré le rythme. Un large sourire aux lèvres, nous avons crapahuté dans les cailloux avec le Garlaban sur notre droite. Qu’est-ce que cela fait du bien de se retrouver au grand air et de sentir le rythme cardiaque s’accélérer. Il y avait pleins de choses à découvrir et à montrer au petit bundle : les choucas dans le ciel, les fleurs sur le bord du sentier ou le thym à ramasser. C’était aussi un vrai effort physique pour nous deux, avec le poids de nos petits passagers, la respiration se faisait un peu plus rapide, surtout quand nous avons dû nous mettre à chanter dans le fort de la pente, pour divertir le petit bundle qui commençait à trouver que ses parents mollissaient un peu le rythme 🙂

Au bout d’une heure, nous sommes arrivés au col. Nous avons pu la laisser gambader pour son plus grand plaisir et nous rafraîchir. En effet bien que nous étions le 3 mars en milieu de matinée, il faisait déjà bien chaud. J’imagine que cette passe doit être un vrai four durant l’été et qu’il est important d’y aller de très bonne heure ou en fin de journée.

Nous avons repris notre ascension pour rejoindre rapidement le sommet par un petit sentier caillouteux. Il y avait plus de randonneurs sur cette partie. C’est assez logique car le col est aussi le carrefour de plusieurs sentiers. Cela nous offre donc un maximum de possibilités à tester à l’avenir et la promesse d’un super terrain d’entrainement pour les objectifs de 2020.

Nous avons atteint la croix du Garlaban pour midi. C’était la première fois que nous avions une vue à 360° de la région, magnifique cadeau de bienvenue.

Explore Outdoor.

 



2 thoughts on “Le Garlaban”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *