Il était une fois dans le Sud : Les Calanques

Dans le cadre du Défi Monte Cristo (malheureusement annulé le jour même à cause de la mauvaise météo), nous sommes descendus à Marseille avec C. pour trois jours d’évasion à la recherche du soleil qui nous fait cruellement défaut cette année à Paris. Il n’y a pas à dire, pour cette première journée en terre marseillaise nous avons été gâtés !

Après un petit déjeuner avalé dans notre airbnb, nous avons filé récupérer le bus 23 au rond point du Prado pour nous rendre « au plus près » des calanques. Je dis « au plus près » car les calanques se méritent à la force des jambes : les voitures y sont presque toutes interdites (seul les riverains peuvent y accéder de façon motorisée). Nous débutons notre rando par une petite côte entourée de roche blanche sous un grand ciel bleu. Cela nous permet d’atteindre rapidement le col et découvrir notre première calanque : Sormiou.

 

La plage est très étroite et déjà bien fréquentée (nous sommes pourtant un vendredi). Nous décidons d’avancer un petit peu le long de la mer et trouvons le rocher idéal pour un premier plouf. L’eau est cristalline et relativement fraiche pour la saison. Un Swimrunner passe en se filmant avec sa Gopro. Je trouve cela brillant : les calanques sont juste un terrain de jeu idyllique pour l’entrainement trail et d’eau libre.

 

Nous repartons en suivant le tracé du GR direction Morgiou. Le tracé est direct dans la pente. Ca grimpe sec et je me réchauffe rapidement de mon premier bain. Nous marchons à un bon rythme (je préfère les montées aux descentes trop raides) et en prenons plein les yeux. Le paysage n’arrête pas de changer avec ces langues de terre découpée qui s’avancent dans la mer. Nous arrivons vers 14h à l’anse suivante. C’est l’heure d’un pique nique local (pain fourré aux olives) et énergétique (banane).

Nous repartons sur le GR pour atteindre la dernière anse de la journée : Sugiton. Gros changement d’ambiance sur cette calanque qui se trouve sous le campus universitaire. Le calme des autres calanques a disparu. Il y a de l’animation et nous observons les plongeurs qui enchainent saltos et autres sauts des rochers. Je n’ai évidemment pas pu résister à la tentation de les rejoindre pour sauter à mon tour du belvédère (rien de très héroïque car il s’agira pour ma part seulement de sauts tout droit mais qui me font bien rigoler).

 

Après quelques sauts (merci C. pour les photos), nous entamons le retour. Nous décidons de ne pas revenir sur nos pas et continuons de suivre le GR pour faire un peu plus de dénivelé et découvrir un peu plus la région. L’idée est de nous rendre au col de la Gineste où devait normalement passer le bus 13 (spoiler : notre carte de rando n’était pas à jour, le bus 13 n’existe pas, nous rentrerons sur Marseille en stop). Après une bonne portion de montées plus ou moins raides (nous avons dû parfois utiliser nos mains) dans une roche toujours aussi blanche, nous atteignons un dernier belvédère et amorçons la descente vers notre point d’arrivée. C’est à ce moment là que nous enclenchons la seconde et passons en mode trail. C’est toujours formateur pour moi de courir avec C. car il a l’expérience des longues distances et du changement de terrain. Les petits cailloux blancs du petit vallon que nous traversons roulent sous les pieds. C’est un excellent exercice de proprioception 🙂 (c’est parfait car cela me fait cruellement défaut). C’est sur un bon rythme que nous atteignons le parking de la D559. De très sympathiques randonneurs nous prennent en stop et nous déposeront à un véritable arrêt de bus 🙂

 

Cette journée improvisée était magique. Quelques petits conseils si vous souhaitez vous aussi tenter l’aventure :

  • Partez de bonne heure pour éviter les fortes chaleurs et les hordes de touristes
  • Prévoyez suffisamment d’eau (nous avions chacun un camelback avec une poche à eau d’un litre et demi + une petite gourde)
  • Ayez une carte de randonnée bien détaillée (surtout si vous prévoyez de randonner entre plusieurs calanques)
  • Apportez un maillot de bain et de bonnes chaussures de course/trail (pouvant aller dans l’eau si vous souhaitez sauter des rochers).

Explore Outdoor 🙂

 

 



4 thoughts on “Il était une fois dans le Sud : Les Calanques”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *