La rencontre avec un Grizzli

Ne cherchez pas la métaphore dans le titre de cet article, il n’y en a pas. Je vais bel et bien vous parler d’une rencontre mémorable sur les chemins canadiens.

Flash back : Aout 2015, cela fait maintenant quelques jours que nous randonnons au Canada dans le parc national de Banff. Après une première portion effectuée en itinérance, nous avons décidé de faire une journée plus cool sans nos sacs à dos. L’objectif du jour est d’atteindre le lac du Bourgeau. L’ascension se passe bien. Il fait beau, le chemin est « doux sous les pieds » (expression de C.) et monte tranquillement. Nous longeons un belle cascade avant d’arriver au lac. Pour pimenter la sortie, j’ai emporté ma nouvelle combinaison de natation.

L’eau est translucide et froide (pour ne pas dire glaciale). Moi la bretonne, habituée à nager en mer même au mois de décembre, j’ai beaucoup de mal à m’y glisser. Après quelques coups de bras pour sauver la face (ce qui fait bien rigoler C.), je ressors de l’eau et me sèche avec plaisir sur les rochers. Nous déjeunons rapidement amusés par le ballet incessant des Chipmunks qui nous entourent.

 

Il est encore tôt et nous décidons de continuer notre randonnée jusqu’au col du Bourgeau. Cette fois, la route est raide, nous traversons des pierriers. Une fois au col, le mont Assiniboine s’offre au loin à nous.

 

L’air de rien nous avons gravi 1000m de dénivelé (pour une journée cool). Il est temps de penser au retour. Nous alternons course et marche en fonction du terrain jusqu’au lac du Bourgeau. Il commence à être tard, nous marchons d’un bon pas et ne croisons plus grand monde sur le chemin. Un petit groupe d’allemands nous dépasse au niveau de la cascade. Une dizaine de minutes plus tard nous les voyons remonter. Nous pensons qu’ils ont oublié quelque chose mais le plus grand d’entre eux nous annonce la nouvelle : « un ours est en train de remonter le chemin » les forçant à faire demi tour.

 

Le premier réflexe de C. est d’attraper le « Bear Spray » (il est obligatoire si vous randonnez dans cette région) et l’appareil photo. De mon coté je sors rapidement mes lunettes de vue pour être sûre de voir au mieux la bête. L’ours remonte tranquillement le chemin et se rapproche de nous. Il est maintenant à une vingtaine de mètre et nous parait assez massif. Nous remontons le chemin sur une cinquantaine de mètre avec les quatre randonneurs allemands et nous arrêtons à nouveau. Notre petit groupe de six personnes semble faire hésiter l’ours. Ce dernier décide finalement de quitter le sentier et s’enfonce dans la forêt. Nous terminons la descente à un bon rythme tous les six. Nous n’en revenons pas de notre rencontre et pensons avoir vu un ours noir (ours assez courant dans les parcs canadiens). Juste avant de rejoindre la voiture, nous croisons une habituée du coin qui part visiblement faire son sport de fin de journée. Elle nous remercie pour l’information mais n’hésite pas une seule seconde et continue sa route.

Panneau d’information du camping de Whistlers

 

Nous échangeons nos emails avec nos quatre comparses. Quelle sera notre surprise d’apprendre à notre retour en France, que l’ours rencontré n’était pas un ours noir mais un Grizzli. En effet, les allemands sont allés signaler l’animal aux gardes forestiers (c’est la procédure habituelle). En regardant les photos ces derniers ont identifié l’animal comme étant un Grizzli.

Nous avons eu beaucoup de chance de rencontrer cet impressionnant animal dans son milieu naturel (et pas en captivité). Par la suite, nous croiserons au cours de notre voyage de petits ours noirs (principalement sur les bords de route) mais jamais un animal aussi imposant que ce Grizzli.

Ours noir sur les routes canadiennes

 

Si ce genre de rencontre imprévue vous tente, un seul conseil : Explore Outdoor.



1 thought on “La rencontre avec un Grizzli”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *