Swim like a fish

J’écris cet article alors que la canicule parisienne sévit. Pas de petit plouf pour moi aujourd’hui mais heureusement, j’ai mon verre de thé glacé à la main pour me rafraîchir. Cette petite introduction sans queue ni tête est le prétexte idéal pour vous parler de ma dernière aventure nautique.

 

Eau Libre à Paris :

Le 16 juin, je me suis confrontée à un gros défi : les 10km à la nage de l’Open Swim Stars parisien.

Comme je vous l’avais déjà expliqué par le passé (ici), je ne suis pas une nageuse rapide. Je peux tenir longtemps mais à une vitesse relativement lente pour des vrais nageurs. J’avais déjà tentée l’expérience du 10km à la nage en solo après ma grossesse. C’était du « home made » en Bretagne chez mes parents : un mélange de fun et l’envie de tester mon endurance avant la traversée du lac d’Annecy.

Là, les choses étaient un peu différentes. L’Open Swim Stars, c’est une course d’eau libre (même si les combinaisons de triathlon sont autorisées) avec de vrais nageurs qui forcément nagent comme des petites fusées. Il y a des barrières horaires à respecter tous les 2,5km sachant qu’il faut terminer l’épreuve en 3 heures maximum. En m’inscrivant, je savais donc qu’il y avait de fortes chances pour que l’organisation me sorte de l’eau très rapidement. Je dois dire que je misais beaucoup sur le courant de l’Ourcq pour tenir le rythme imposé.

Tous mes espoirs se sont envolés au moment où nous avons appris que la course ne s’effectuerait pas en ligne dans le sens du courant mais que nous allions d’abord remonter l’Ourcq sur 2,5km avant d’effectuer un demi tour pour rallier Paris. A ce moment, j’ai dit adieu au courant salvateur et fait mes au revoir à la ligne d’arrivée.

Mes chances de finir étaient alors bien maigres mais j’ai tout de même décidé de prendre le départ. Il faisait beau, les copains du triathlon étaient là et je n’avais rien à perdre. Et c’est dans ces moments là que tu te dis que la vie est bien faite (enfin surtout pour les nageurs lents). En effet, l’organisation n’a pas appliqué les barrières horaires. Merci encore les gars !

Je dois avouer qu’à plusieurs reprises pendant la course, j’ai eu envie que l’on m’arrête. En effet, 10km de natation, cela reste quand même un peu long et répétitif (quand je vais nager en mer, j’emmène systématiquement mon lecteur mp3). Mais comme personne ne m’a interpellée, j’ai continué mon petit bonhomme de chemin car dans le fond je n’avais aucune raison valable pour abandonner (aucune douleur à signaler, pas de sensation de froid, ni d’hypoglycémie). Au moins, ça teste la détermination et l’endurance.

 

Sur cette épreuve les moments longs ont aussi fait la place à des périodes plus animées. Avec d’autres nageurs « lents », nous avons formé un petit groupe sympathique pendant environ 2km. C’était réconfortant de se sentir moins seule. Par contre, frôler un nageur en slip de bain enduit de « graisse à traire »  pour se protéger du froid, c’est une sensation assez déconcertante. C’était aussi amusant de découvrir Paris sous un autre angle. Je vous le concède, le point de vue sous marin est peu intéressant (on ne voit absolument rien) mais le passage devant la Géode du parc de la Villette valait bien quelques kilomètres de natation.

Si je fais le bilan de cette traversée, je ne peux pas dire que je sois très satisfaite de la façon dont j’ai nagé. Je n’ai jamais réussi à « poser » ma nage et je dois dire que j’ai laissé les choses se faire en acceptant de respirer d’un seul coté (le coté droit est toujours plus facile pour moi) plutôt que d’alterner ma respiration. Par contre, cette course me prouve une fois de plus que ce que j’aime ce sont les épreuves d’endurance. Aller chercher l’énergie au fond du réservoir alors que l’on croit que celui-ci est vide, c’est carrément addictif.

Au final, j’arrive très longtemps après les copains du club et je termine ce 10km en 3h36, à la 101 position sur 130 partants. Comme quoi, ce jour là, on était plusieurs à compter sur notre bonne étoile de la natation.

La vie est belle, just swim.

Explore Outdoor.



1 thought on “Swim like a fish”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *