Marcher

Ce post fait partie d’une série d’articles dédiés à la randonnée et plus généralement à la marche. 

Tenerife – 2015

A l’heure où tout le monde court, au sens propre comme au figuré, marcher peut sembler dérisoire, trop simple, voire un peu ringard. Sur les écrans de nos Garmins ou dans nos posts Instragram, il est toujours plus gratifiant de mettre en avant sa dernière séance de fractionné plutôt que sa « petite » marche le long des quais.

Pourtant, je ne connais pas de meilleur moyen que la marche pour reconnecter le corps et l’esprit. Cette affirmation n’est pas totalement correcte. La pratique du yoga m’emmène parfois sur ce terrain mais je trouve que la connexion entre le corps et l’esprit est plus difficile à trouver et aussi moins forte que ce que je peux ressentir en marchant. Mettre un pied devant l’autre, pas après pas, me permet de me libérer l’esprit.

Canada – 2015

Les sports d’endurance (course à pied, natation,…) sont mes exutoires. Ils me servent avant tout à me défouler. Je cherche à progresser, à repousser mes limites et voir de quoi mon corps est capable. Cela revêt plutôt de l’ordre du challenge et de l’addiction aux endorphines. Il faut se l’avouer en tant qu’amoureux des sports d’endurance, nous sommes tous plus ou moins des endorphines junkys !

A l’opposé, la marche agit plutôt comme une thérapie. Elle me permet de me recentrer et de me libérer. Avec la randonnée en itinérance, au bout de quelques jours de crapahutage, j’ai l’impression de passer à un autre niveau : le lâcher prise est tel que j’ai le sentiment de passer en mode « méditatif ». C’est comme ouvrir une porte sur un jardin dont je n’avais pas la clé.

 

Torres del Paine – 2016

Il y a un livre que j’ai beaucoup apprécié de lire lors de ma première randonnée en itinérance en Nouvelle Calédonie. Il s’agit d’Immortelle randonnée de Jean-Christophe Rufin. C’était une expérience intrigante de faire le parallèle entre ce que l’auteur vivait le long du chemin de Compostelle et mon ressenti de néophyte de l’itinérance sur le GR NC1 (pour en savoir plus sur cette randonnée initiatique, vous pouvez voir cet article).

 

 

Il est évident que lorsque je vous parle de cette relation avec la marche, il s’agit d’un ressenti personnel et qui ne vaut en aucun cas comme loi absolue. Le sujet intéresse néanmoins le corps médical puisque certains bienfaits de la marche sur le corps sont aujourd’hui reconnus (la marche est notamment considérée comme une activité physique à destination des personnes sédentaires, qui permet de réduire les risques cardiovasculaires).

Fitz Roy – 2016

Alors si pour cet été, vous n’avez pas encore de projets et que vous souhaitez vous aérer la tête en vous dégourdissant les jambes, je vous invite à randonner.

Explore Outdoor.

 



4 thoughts on “Marcher”

  • Hello Morgane
    Juste un mot pour te remercier de tes articles qu’on lit avec plaisir et qui nous donnent des idées de voyage et de matos !
    J’espère que tout va bien pour toi (ça a l’air hihi !).
    Bisous icelandais !
    Manue et Simon
    xx

    • Coucou Manue et Simon.
      Merci beaucoup pour votre petit mot. Cela me fait super plaisir.
      Nous aussi ont suit vos aventures un peu plus dans le nord 🙂
      L’Islande c’est magnifique et sauvage. Vous allez vous régaler !
      Quel est le programme de cet été ?
      Bises

      • … la Laponie norvégienne ! On a trouvé une mission workaway dans un business de chiens de traineau ! On va donc entrainer les chiots, divertir les huskies, et aussi gerer la guesthouse et le resto 🙂 et vous ? Arrivee de bebe prevue pour quand ?

        • Whaou, vous avez trouvé un super plan 🙂
          Cela donne envie de passer vous voir à la Guest House !
          On attend la petite pour le 15 juin et on a prévu de passer pas mal de temps tous les 3 en Bretagne cet été. Le retour des gros voyages, ça sera pour 2018 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *