SwimRun : les conseils

L’envie de débuter un blog est apparue a peu près au même moment que mes premières expériences de SwimRun fin 2015. A l’époque, ce sport était très méconnu en France. Il n’y avait que 2 ou 3 épreuves dans l’hexagone et les informations sur le sujet (matériel, préparation, organisation…) étaient très limitées. Cela m’avait incitée à écrire deux articles sur le sujet qui sont encore régulièrement consultés et que vous pouvez retrouver ci-dessous :
Comment se préparer à une épreuve de SwimRun ?
SwimRun : Troll Enez Morbihan

12094996_10208158453384521_2211609870975506703_o

Comme ces posts datent de 2015, il était grand temps de mettre à jour ces informations. Grossesse oblige, je suis hors course pour 2017 mais j’ai la chance d’être entourée de sportifs « qui envoient du steak » et qui ont récemment participé à des épreuves de SwimRun. Ils partagent aujourd’hui avec vous leurs conseils et astuces:

 

1) Matériel :
– L’eau de mer ne pardonne pas. Il faut absolument penser à s’enduire avec un corps gras le cou et les endroits de frottements (notamment sous les bras). La plus connue est la crème Akileïne NOK mais la vaseline fait aussi l’affaire. L’inconvénient est que ces deux substances attaquent le néoprène des combinaisons. Greg a trouvé la parade en testant le Saindoux sur sa dernière course : avis aux amateurs 😉
– La ceinture et le bout qui relie les deux partenaires sont des éléments clés de votre matériel. Cela facilite grandement la natation. On évite ainsi de perdre son partenaire et celui qui nage le moins vite peut se concentrer sur sa nage pendant que son coéquipier gère l’orientation. Ce bout est top pour les portions de natation mais il peut vite devenir encombrant en courant (on peut se prendre les pieds dans ce fil qui pendouille sans cesse). Il faudra donc bien prévoir où le ranger (poche au niveau de la ceinture par exemple) à l’entrainement.
– De la même façon, les mousquetons vendus avec votre ceinture ne sont pas toujours de meilleure qualité. Il peut être utile de les changer si vous les trouvez un peu faiblards ou non adaptés pour attacher facilement votre matériel lorsque vous courrez (par exemple plaquette ou lunette).
– Si votre course a lieu dans une eau relativement froide, il peut être judicieux d’investir dans une cagoule en néoprène. Le confort en natation en sera grandement amélioré.

 

2) Entrainement :
– On ne le répétera jamais assez, le SwimRun est un sport d’équipe. Chacun peut acquérir le foncier de son coté mais le secret de la réussite est une bonne symbiose de l’équipe. Pour ne faire qu’un avec votre partenaire, il vous faudra pratiquer ensemble (notamment les transitions).
– Elena nous donne les clés d’une mise à l’eau réussie : on ferme la combinaison (sinon on prend l’eau), on s’attache à son coéquipier (décider au préalable qui est le responsable du bout), on remet ses lunettes et on place son pull buoy en position natation avant d’enfiler la deuxième plaquette.

 

3) Avant la course :
– Il faut étudier le parcours avant le départ ou du moins le marquer sur ses plaquettes. Avec le Swimrun, du fait du changement régulier d’activités, on perd rapidement la notion du temps. Mentalement, il est toujours plus rassurant de savoir où l’on se trouve sur le parcours pour gérer au mieux sa course.
– De plus, sur certaines courses, le balisage peut parfois laisser à désirer (Arnaud et son binôme en on fait l’expérience). Avoir étudié au préalable le parcours pourra vous aider à prendre la bonne décision en cas d’hésitations sur l’orientation.

 

4) Pendant la course :
–  La communication dans le binôme est fondamentale. Il faut toujours échanger avec son partenaire pour adapter l’allure à l’état de forme des deux équipiers. Cela permet aussi de faire passer le temps dans les moments difficiles et ne pas trop penser à la fatigue.
– La nutrition est aussi un élément très important. Se nourrir régulièrement (penser aux pâtes de fruit ou autre victuailles dans un sachet étanche à placer dans la poche de votre ceinture). Pour la petite anecdote, le ravitaillement de Djedjiga a fini au fond de l’eau (les poissons ont apprécié le free lunch) car elle a oublié de refermer la poche de sa ceinture.
– Sourire et passer la ligne d’arrivée main dans la main !

Un grand merci à Elena, Djedjiga, Greg et Arnaud pour leurs retours d’expériences et conseils avisés 🙂

Bon courage à tous les quatre dans vos prochains défis sportifs !

Explore Outdoor.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *