Nous et nos chaussures

Hier matin au petit déjeuner, alors que j’étais concentrée sur mes tartines et mon bol de thé, j’ai entendu un mini reportage sur RFI qui m’a fait bondir (lien ici). En effet, il semble que certaines entreprises anglaises (principalement de la City) ont inclus dans leur « dress code » le port obligatoire de talons hauts pour les femmes. Pour illustrer ce point, une française, fervente défenseur du talon haut, était interviewée. Malheureusement, je ne crois pas que le second degré était de mise dans cette interview. La bonne nouvelle, c’est que cela m’a donné envie d’écrire sur le sujet.

 

Je ne me revendique absolument pas comme une féministe. Je suis simplement pour l’égalité entre les hommes et les femmes. Lorsque j’entends certaines femmes se complaire et abonder dans le sens de ce que la société attend traditionnellement de la gente féminine, mes poils se hérissent. Je crois qu’avec cette interview, RFI a fait très fort.

A l’écoute de ce reportage, comme j’ai longuement hésité entre la crise de rire et la consternation, j’ai pensé que me lancer dans un plaidoyer pour l’égalité des sexes n’allait pas être la meilleure façon de partager ma frustration. J’ai finalement eu l’idée de détourner l’argumentaire de notre working girl, Marie et de le transposer à l’univers du running pour vous faire sourire.

Vous trouverez donc ci-dessous quelques moments choisis de l’interviewée (en italique) et mes réflexions sportives (en bleu) :

 

Contexte : Marie parle de ses talons hauts qu’elle réserve spécialement pour le bureau :

« J’ai l’impression d’être plus féminine, plus sharp. Je ne vais pas adopter la même démarche. Je vais marcher plus lentement mais de façon plus assurée, peut-être plus concentrée. »

Avec mes baskets de course à pied, je me sens invincible. J’ai une démarche plus nerveuse, plus combative. J’accélère le pas et adopte un air déterminé pour impressionner mes congénères surtout si ce sont des hommes. 

« Donc il y a quelque chose de plus incisif. Ça renforce d’une certaine façon, un peu comme une armure. »

Donc il y a quelque chose de l’ordre du combat. C’est comme une émission de Koh Lanta dans laquelle tu serais à la recherche d’un collier d’immunité. A la fin il n’en restera qu’un, alors autant que ce soit moi.

« La mauvaise paire de chaussures, les talons trop hauts, on va tomber dans la vulgarité. C’est une perte de crédibilité. Il faut avoir une démarche. Il faut savoir marcher. C’est très important de choisir ses outils. »

Un mauvais choix de coloris de basket, la mauvaise marque et c’est le drame. Tu perds toute crédibilité auprès de ton club de triathlon. Tous les néophytes se trompent mais le rose fluo du RMA* n’a rien à voir avec un rose poudré. C’est l’échec total et la mise au ban de la société des runners assurée. Il faut clairement avoir son style de course à pied. Tu seras forcement jugée là-dessus. C’est très important de choisir ses armes.

 

 

J’espère que cet article, certes un peu atypique, vous aura fait sourire, et que vous aussi en signe de protestation, vous enfilerez vos plus belles baskets pour vous rendre au travail demain  😉

Get Outdoor.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *