MDS – Check Point 3

A deux semaines du grand départ, mon cerveau est en ébullition. La confiance en soi est souvent moins solide à quelques jours d’une grande échéance. Malheureusement, c’est bien ce que je suis en train de vivre actuellement. Le doute s’est installé sournoisement. Petit focus sur la fin de la préparation.

Entrainement :

Depuis quelques jours, j’ai tendance à sur-analyser chaque petit détail. Est ce que le rhume qui m’a mise KO la semaine dernière aura un vrai impact sur mon niveau de forme ? Est ce que le manque de souffle sur la dernière sortie est un mauvais signe ? Aie je fais les bons choix en terme d’entrainement ? Mon esprit saute d’une idée à l’autre et j’ai du mal à trouver la sérénité. Je change d’avis en permanence. Je culpabilise de ne pas me lever pour nager avec mes copains du triathlon alors que je sais pertinemment que mon corps a besoin de plus de sommeil.

Honnêtement, c’est la première fois que cela m’arrive si tôt. En temps normal, j’ai souvent une petite phase de doute avant une course mais cela a lieu la veille de l’épreuve et non deux semaines avant le départ. Je pense que c’est parce qu’au fond de moi, j’attends beaucoup de ce challenge. Je sais que ces six jours seront magnifiques mais aussi très difficiles. L’introspection qui aura forcement lieu pendant les longues heures de marche m’attire et m’effraie à la fois. Il n’y a pas de retour en arrière possible après une telle aventure. Parallèlement à cela, le budget pour participer à cette douce folie n’est pas négligeable (entre l’inscription et l’achat du matériel, il faut caser sa tirelire pour participer au MDS), c’est donc un choix conscient que je souhaite dignement honorer.

Ces deux dernières semaines ont été difficiles : peu d’entrainement au compteur, trop de travail et pas assez de temps pour se reposer. C’était le combo parfait pour une petite chute de moral. Heureusement, tout cela est passager et il me suffit de regarder les photos des paysages qui nous attendent pour retrouver la banane.

La pression du dernier run pour « se rassurer » est bien présente. Au cours des deux dernières semaines, tout sera question d’équilibre. Vouloir en faire trop, c’est surtout la meilleure façon de se blesser ou d’être complètement « frit » avant le départ. On me l’avait déjà dit plusieurs fois mais aujourd’hui je l’expérimente : le plus dur ce n’est pas de s’entraîner mais de savoir lever le pied au bon moment.

 

Préparatifs :

– Lecteur MP3 : Pour garder le mental au beau fixe surtout pendant la journée longue (annoncée à 90km), nous avons prévu d’emporter des lecteurs mp3. Outre mes groupes favoris (Foo Fighters), je compte télécharger des podcasts et aussi un ou deux audiolivres. Si vous avez des recommandations, je suis preneuse. Idéalement, pour le livre audio, il me faudrait une histoire avec du suspense. Quelque chose qui donne envie d’avancer pour connaître la suite. (Note : c’est comme pour le Home Trainer, si je veux me faire des petits « plaisirs télévisuels coupables  » c’est dorénavant sur la selle de mon vélo que cela se passe.)

Poids de forme : J’ai lu tout et son contraire au sujet du poids idéal pour le MDS. En effet, dans le cadre de ma préparation à cette course, j’ai lu quelques livres d’anciens participants. C’est très drôle de voir que les coureurs anglais conseillent unanimement de perdre du poids avant l’épreuve alors que dans le livre du concurrent français on apprend qu’il essayait par tous moyens de prendre quelques kilos de plus.
Je crois que je me trouve juste entre les deux. J’ai eu la chance de perdre sans trop de difficultés les kilos de grossesse et retrouver mon poids de forme. Avec l’accumulation des heures d’entrainement, j’ai fait attention à bien écouter mon corps et à lui donner ce qu’il voulait. Nous sommes tous d’accord : le chocolat, c’est avant tout du magnésium et les noix de cajou contiennent uniquement des bonnes graisses 🙂
Petite parenthèse : pendant mon stage de triathlon j’ai vraiment senti la différence que faisaient quelques kilos de moins sur la performance. Entre mon nouveau vélo tout léger (Langma de chez Liv/Giant) et mon nouveau moi, j’ai énormément pris plaisir à me mettre en danseuse et attaquer les côtes.

 

La route pour le MDS est encore longue mais je suis déterminée à la croquer à pleines dents.

Explore Outdoor.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *