Bien plus qu’un sac à dos

A l’annonce du voyage surprise organisé par C. pour mes 30 ans à la Réunion (article à venir très prochainement), j’ai sans hésitation ressorti mon fidèle compagnon d’aventures : mon sac à dos Quechua bleu ciel.

 

Ce sac a traversé cette dernière décennie avec moi sans jamais me faire faux bond et en remplissant de nombreuses fonctions :

  • Il m’a suivi au fil de mes voyages : Etats Unis, Islande, Nouvelle Zélande, Nouvelle Calédonie, Inde, Majorque, Pologne, Slovaquie, Canada, Tenerife, La Réunion.
  • Il fut mon sac de cours lors de mon double diplôme à Boston (protégeant mon pc du froid polaire).
  • Il fit office de sac à main (c’est mon coté « non fille » qui parle)
  • Il assista à quelques festivals et concerts mythiques (Foo Fighters !)
  • Il fut le témoin de mes premières rando dans les Pyrénées et de ma rencontre avec C.
  • Il est resté mon sac fétiche pour les randonnées à la journée (voir ses qualités ci-dessous).
  • Il a su se transformer en Camelback et m’accompagner dans ma découverte du trail.
  • Il est aussi mon « go to bag » pour le sport (principalement natation et vélo)
  • Il a résisté à la neige islandaise, à la pluie battante de Nouvelle Zélande, aux rayons du soleil de Tenerife et aussi à la boue de la forêt de Bébour à La Réunion)

 

Pourtant ce sac n’est pas la Rolls Royce du sac à dos. Il s’agit d’un basique très bien pensé. Ce sac s’est imposé comme mon compagnon d’aventure grâces à plusieurs petits détails :

  • La sangle de poitrine et la ceinture qui maintiennent le sac bien en place lorsqu’on décide de courir dans les pentes.
  • Le sac est assez souple et épouse bien la forme du dos, ce qui est très confortable en randonnée/trail
  • Les languettes pour glisser les pouces quand on décide de monter une pente à un bon rythme
  • La petite poche intérieure pour protéger les affaires importants (clés, portefeuille,…)
  • Le filet pour glisser les affaires dont on a besoin rapidement (casquette, lunettes de soleil)

Le seul point négatif, un petit manque de respirabilité au niveau du dos qui a pu donner lieu à quelques fou rires quand nous avons enchainé trop de journées de rando sans laisser la « bête respirer ».

 

En écrivant cet article, je voulais vous rajouter le lien Décathlon ou vous pouviez trouver ce modèle. A ma grande déception, le modèle original n’existe plus mais une nouvelle version est maintenant disponible. Le design a changé, ce nouveau sac demande donc à être testé très rapidement.

Alors vous l’aurez compris, au moment de dire au revoir à mon Quechua bleu ciel (le clip du rabat principal a finalement rendu l’âme), c’est aussi à cette belle vingtaine que je dis au revoir. Je suis fin prête à croquer à pleines dents la prochaine dizaine, accompagnée d’un nouveau compagnon à bretelles 😉

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *